Piqué par un moustique ? Voici ce qu’il s’est passé !

Moustique Tigre, Moustiques, Tigermücke Asiatique, Dard

Les piqûres de moustique ne sont en rien ressemblantes aux injections médicales. Au contraire, le petit diptère semble bénéficier de capacités insoupçonnées.

Moustique Tigre, Moustiques, Tigermücke Asiatique, Dard

Les trompes des moustiques sont plus complexes qu’il n’y parait.

Véritables terreurs de l’été, les moustiques reviennent chaque année chatouiller les oreilles des bipèdes. Ils vrombissent, tournoient et batifolent devant le regard ahuri et méfiant de leurs futurs proies. Mais sous leurs airs innocents, ces bestioles recèlent des secrets anatomiques qui en font de redoutables prédateurs. Plongée au cœur de la vie cachée des moustiques.

Dame moustique a jeté son dévolu sur vous. Vous lui plaisez et elle vous tourne autour. À moins de l’aplatir d’un geste prompt, vous n’avez aucune chance d’échapper à sa morsure. Mais au fait, que se passe-t-il lorsqu’un moustique vous mord ?

Lisez la suite pour entrer dans l’intimité la plus méconnue de dame moustique.

La technique de morsure du moustique

Longtemps confrontée à l’image d’une structure rigide comme le dard d’une guêpe ou d’une abeille, la trompe du moustique est un outil bien plus évolué. Elle permet à la fois de pénétrer, de chercher et d’extraire le sang tout en préservant l’intégrité physique du petit diptère. Un véritable concentré de technologie de quelques millimètres à peine.

La trompe du moustique explique, à elle seule, la technique extraordinaire de la bestiole pour incommoder vos nuits. Focus sur les phases d’une morsure de moustique.

Phase 1 : la pénétration

Lorsque la petite bestiole vous a localisé, le premier travail de sa trompe est de pénétrer votre peau. Cette phase de recherche est bien plus complexe que de simplement percer un tuyau.

La trompe de dame moustique, composée en réalité de plusieurs stylets, part à la recherche de vos vaisseaux sanguins. Elle entre donc à travers les différentes couches de la peau pour palper et trouver votre sang. La structure de la trompe est souple. Elle est presque capable de faire le même mouvement qu’un essuie-glace pour localiser le meilleur endroit où pénétrer vos capillaires.

De manière générale, les moustiques mettent un certain temps pour trouver les vaisseaux sanguins. Dans certains cas, ils rentrent même bredouille. Mais lorsque la trompe a localisé sa destination finale, la phase d’extraction peut commencer.

Phase 2 : l’extraction

La phase d’extraction dure quelques minutes et consiste, pour dame moustique, à absorber une quantité suffisante de sang.

Lorsque la petite bestiole a trouvé un vaisseau sanguin qui lui convient, elle plante à l’intérieur un des stylets de sa trompe. Cet outil pompeur s’appelle le labre. Dans le même temps, un autre stylet, l’hypopharynx, injecte la salive qui permet aux moustiques de freiner la réaction immunitaire et la coagulation du sang humain.

Le festin du petit diptère dure en moyenne 4 à 5 minutes. Ensuite, il repart discrètement, l’air tout innocent. La dame hématophage utilise principalement ses ailes pour ne pas alerter la pauvre victime bipède avec le chatouillement de ses pattes. C’est pourtant là que les premières sensations se font sentir.

Phase 3 : la réaction immunitaire

Après le départ de dame moustique, la réaction immunitaire de l’organisme est presque immédiate. Les cellules humaines réagissent et l’inflammation se déclare. La démangeaison suit rapidement avec l’inconfort que tous les bipèdes connaissent.

Dans la majorité des cas, un petit bouton se forme et disparaît dans les heures ou les jours qui suivent. Certaines personnes, néanmoins, ont des réactions plus importantes avec la formation d’un érythème de grande taille voire même avec l’apparition d’une réaction allergique.

Éléphant, Fermer, Éléphant Trompe, Trompe, Manger

Quel qu’en soit le propriétaire, toutes les trompes sont ingénieuses.

L’anatomie du moustique

Pour avoir une si grande dextérité à mordre les humains, les moustiques ont une anatomie particulière et finalement très ingénieuse. Voyons ensemble à quoi ressemble le corps d’un moustique.

Outre les pattes, au nombre de 6, le corps du moustique est divisé en 3 parties : la tête, le thorax et l’abdomen.

La tête

La tête du moustique comporte 6 parties distinctes :

  • la trompe ;
  • les flagellomères ;
  • les antennes ;
  • les palpes maxillaires ;
  • les yeux ;
  • l’occiput.

Le thorax

Le thorax du moustique se décompose en 5 parties distinctes :

  • l’antepronotum ;
  • le scutum ;
  • le scutellum ;
  • le postnotum ;
  • l’haltère.

L’abdomen

L’abdomen du moustique est formé par 7 somites identifiés par des chiffres romains.

Le fonctionnement de la trompe en détails

Plus complexe qu’il n’y paraît, la trompe du moustique, scientifiquement appelée rostre ou proboscis, n’est pas une aiguille. C’est en réalité un ensemble de 6 canaux que les scientifiques tentent généralement à nommer les stylets. Chacun de ces stylets porte un nom précis et possède un rôle particulier lors de la morsure. Voyons ensemble cet outil prodigieux.

Les différentes parties qui composent la trompe du moustique sont :

  • les maxillaires ;
  • les mandibules ;
  • le labre ;
  • l’hypopharynx.

Les 2 maxillaires sont de véritables mèches perceuses. Elles possèdent des petites dents, très aiguisées, qui permettent à dame moustique de rentrer facilement à l’intérieur de la peau humaine.

Les 2 mandibules servent à maintenir les tissus écartés pendant que la petite bestiole se goinfre allègrement de votre sang.

Le labre est le stylet qui entre dans votre peau. Il tâte et repère le vaisseau sanguin adéquat. C’est encore lui qui perce la paroi du vaisseau afin de sucer votre sang.

La dernière aiguille, l’hypopharynx, est la clé de voûte de la réussite de la morsure de dame moustique. C’est en effet ce stylet qui injecte la salive. Celle-ci est essentielle puisqu’elle contient des anticoagulants, des anti-immunitaires ainsi qu’un lubrifiant. Elle facilite donc le travail de dame moustique tant pendant l’extraction que lors du retrait. C’est malheureusement aussi par cette dernière que les moustiques transmettent les virus « tropicaux » aux humains.

Un véritable travail de professionnel qui comporte néanmoins des dommages collatéraux.

Seringue, Seringue Jetable, Aiguille, Docteur, Santé

Si ce n’est l’apparence globale, la trompe d’un moustique n’a rien d’une seringue.

La technique de piqûre des moustiques est très ingénieuse. Le regard scientifique dirait même qu’elle est fascinante. La morphologie de l’animal et surtout l’anatomie de sa trompe sont, en effet, de véritables bijoux. Néanmoins, les piqûres de moustiques peuvent être dangereuses pour les humains, notamment en raison des maladies « tropicales ». Pour ne pas subir ces inconvénients, vous savez ce qu’il reste à faire … munissez-vous du Moskitofree, un anti-moustique éco-responsable à l’efficacité prouvée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

e334547680fb2cd2ac66bf9b823cc6e7MMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMM
%d blogueurs aiment cette page :