Moustiques et eaux stagnantes

eaux stagnantes pneus moustique

Là où le prédateur nage dans le bonheur… le danger des eaux stagnantes.

 

À l’aise dans tous les environnements, le moustique établit volontiers ses quartiers auprès des eaux stagnantes. Dans leurs formes naturelles, les eaux stagnantes répondent à un équilibre dans lequel le moustique occupe une place prépondérante. C’est cependant lorsque les eaux stagnantes ne sont pas naturelles que son occupation par les diptères peut se révéler problématique. Ensemble, comprenons ce lien si particulier qui unit les moustiques et les eaux stagnantes. 

 

 les moustiques vives dans les eaux stagnantes

Les eaux stagnantes sont le milieu de vie naturel des moustiques. 

 

Eaux stagnantes naturelles versus eaux stagnantes non naturelles 

 

Lorsque l’on parle des eaux stagnantes, il faut bien différencier les étendues, plus ou moins grandes, d’origine naturelle, des eaux stagnantes provenant de constructions humaines ou d’eaux stagnantes totalement accidentelles. 

Les eaux stagnantes naturelles rassemblent les étendues d’eau formées par la nature. On y dénombre notamment les mares, temporaires ou permanentes, les étangs, les lacs et également les marais et les tourbières. Ces eaux stagnantes naturelles abritent des écosystèmes complexes qu’il est dangereux de perturber. 

Les eaux stagnantes provenant de constructions humaines regroupent principalement les eaux issues de dégradations environnementales ou de constructions décoratives ou paysagères. Les constructions humaines provoquant des eaux stagnantes les plus connues sont surtout les bassins et fontaines d’agrément et les affaissements de terrains. 

Les eaux stagnantes d’origine accidentelle sont singulièrement les toutes petites étendues d’eau formées dans des endroits inattendus. Les plus communément répertoriées sont les eaux accumulées dans des égouttoirs de plantes, des vieux pneus, des récipients inusités ou tout autre objet pouvant faire office de cuvette se trouvant principalement dans les jardins ou les décharges. 

 

Les moustiques dans les eaux stagnantes naturelles 

 

Les moustiques dans les eaux stagnantes naturelles ont toujours existé. Ils participent, à leur échelle, à l’écosystème complexe qui régit la vie de l’eau stagnante. 

Loin d’être ces petits parasites qui enquiquinent les soirées d’été d’un grand nombre de personnes, les moustiques sont des membres actifs de la chaîne alimentaire, notamment. En effet, aux abords des eaux stagnantes, le moustique est principalement une proie. 

À l’état larvaire, le moustique est une nourriture forte appréciée notamment par des insectes plus grands comme la libellule ou la demoiselle. À l’âge adulte, le moustique nourrit également les grenouilles, les crapauds, les tritons et toute une autre série d’insectes présents aux alentours des eaux stagnantes. 

La présence des moustiques dans les eaux stagnantes est donc une assurance pour la préservation de la biodiversité de ces endroits. 

 

En Europe, 25 % de la biodiversité dépend des eaux stagnantes.  

 

Les moustiques dans les eaux stagnantes non naturelles ou accidentelles 

 

Pour se reproduire, les moustiques ont absolument besoin de la présence d’une eau stagnante. En effet, c’est uniquement en milieu aquatique que peuvent se préserver les œufs et grandir les larves. Dans ce domaine, le moustique n’est pas difficile. C’est pour cela, qu’il a pour habitude, fâcheuse, de coloniser tous les types d’eaux stagnantes. 

Si sa présence est bénéfique dans les eaux stagnantes naturelles, elle l’est beaucoup moins dans les eaux stagnantes engendrées par l’homme. En effet, en milieu naturel, les moustiques, et leurs larves, font face à de nombreux prédateurs. Leur population est donc naturellement régulée. Malheureusement, dans le cas d’une eau stagnante engendrée par l’homme, cette régulation naturelle n’a pas lieu. 

Par conséquent, les moustiques se reproduisant dans des eaux stagnantes non régulées par des prédateurs voient leur taux de survie explosé. L’entièreté, ou presque, des œufs se convertissent en larves dont la quasi-totalité, également, arrivent à l’âge adulte. C’est là que se pose un véritable problème pour le maintien de la biodiversité et la régulation de la population. 

C’est donc, principalement, à ce niveau, qu’il est intéressant de travailler pour réduire les populations de moustiques. 

 

 pneu attention danger eau stagnante moustique

Les vieux pneus sont utilisés par de nombreux animaux, dont les moustiques. 

 

Comment lutter contre les moustiques en eaux stagnantes ? 

 

Les moustiques présents dans les eaux stagnantes naturelles sont indispensables à la préservation de la biodiversité. Il convient donc d’éviter de perturber le biotope en utilisant des larvicides à la toxicité largement prouvée. Par ailleurs, les populations entourant les eaux stagnantes naturelles sont largement contrôlées par les prédateurs. 

Les eaux stagnantes non naturelles sont beaucoup plus problématiques. Il convient, dans ce cas, d’essayer de limiter au mieux la prolifération des petits diptères. Avant d’avoir recours à des produits chimiques visant à tuer les larves, il est sans doute bien plus raisonnable d’éviter, dans la mesure du possible, les cuvettes accidentelles dont se servent les moustiques pour se reproduire. Vous pouvez également essayer de préserver la présence de prédateurs comme par exemple les grenouilles. 

 

Les grenouilles sont utiles pour réguler les populations de moustiques. 

 

Moustiques et eaux stagnantes… quelles mesures de précaution adopter ? 

 

Si, bien sûr, la première mesure de prudence à adopter est bien évidemment de ne pas aller, volontairement, à proximité des eaux stagnantes, celle-ci n’est pas toujours possible à mettre en place.  

Dans le cas où vous devriez, malgré tout, vous situez à proximité d’une eau stagnante, vous penserez avant tout à ne pas vous y rendre au lever du jour ou au coucher du soleil, moment où de nombreux moustiques sont les plus actifs. Vous songerez également à porter des vêtements clairs et éventuellement des vêtements en moustiquaire. 

Si sous nos contrées, les piqûres de moustiques sont avant tout inesthétiques et perturbantes, dans les zones plus tropicales, elles peuvent s’avérer mortelles. Par conséquent, dans de tels endroits, les mesures de précaution seules s’avèrent totalement dérisoires, voire inutiles. 

 

Selon l’OMS, 50 millions de personnes sont affectés chaque année par la dengue. 

 

Dans ce cas, il faut absolument songer à faire appel à des procédés plus forts pour éloigner ce prédateur. Outre les produits chimiques, dont notamment le célèbre DEET interdit aux enfants et aux femmes enceintes, il existe une autre forme d’anti moustiques naturel, efficace et sans effets secondaires.  

Le Moskitofree est issu d’une technologie, brevetée par l’institut Pasteur, qui permet de tenir éloigner ces petits vampires. Cet anti moustiques peut être utilisé par tous, y compris les bébés et les femmes enceintes. Il est facile d’utilisation, se recharge à volonté et possède une autonomie largement suffisante que pour tenir la nuit entière. En l’emportant avec vous, vous êtes assurés de vous protéger efficacement des moustiques. 

 

La nature à créer des écosystèmes en équilibre. Le moustique fait partie de l’écosystème des eaux stagnantes. En milieu naturel, il est donc parfaitement régulé et participe à l’équilibre d’un biotope. Néanmoins, dans les autres cas, réguler sa population est un véritable enjeu de santé publique. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

d5bf91775f210c6603d8203c8d69972a================================
%d blogueurs aiment cette page :