5 mythes à propos des moustiques

paysage arbre la nature forêt chemin herbe lumière ciel nuit lumière du soleil Matin feuille atmosphère soir jungle l'automne obscurité végétation forêt tropicale à feuilles caduques bosquet des bois minuit Écosystème phénomène Biome Forêt ancienne Ordinateur, papier peint Forêt feuillue tempérée et forêt mixte Forêt de conifères tempérée Sapin, sapin, forêt

Mythes moustiques : Connaissez-vous vraiment les us et coutumes de ces petits insectes suceurs de sang (quoique) ?

À force de hanter les nuits avec la douce mélodie du mouvement de leurs ailes, les moustiques se sont créé une réputation peu enviable. Accusés d’être des vampires, des troublions voire même des assassins, ils cultivent depuis des décennies des mythes et légendes qui ne sont pas toujours fondés. Voyons ensemble les 5 mythes les plus populaires à propos des moustiques.

l'écriture lis Créatif blanc temps vieux lettre écrivain papier début marque Police de caractère fiction esquisser dessin texte écriture mots récit calligraphie document mythe une fois que auteur court Fée légende début introduction récit il était une fois histoire courte

Les mythes ne concernent pas que les contes de fées.

Mythe n° 1 : les moustiques ne piquent que la nuit

Faux

Les sous-espèces de moustiques sont nombreuses. Chacune a ses particularités. Il existe donc évidemment des moustiques qui piquent la nuit, mais il existe également des sous-espèces qui piquent le jour et d’autres qui piquent à l’aube ou à l’aurore. Il est donc primordial de se protéger des piqûres de moustiques à tous les moments de la journée et de la nuit.

Les moustiques généralement présents dans les zones tempérées, comme la France, ont plutôt l’habitude de piquer la nuit mais restent néanmoins parfois actifs aussi en journée. C’est d’ailleurs pour cela que de nombreuses personnes se réveillent avec des piqûres de moustiques.

Le moustique tigre et la majorité des autres « Aedes » sont plutôt des moustiques diurnes. Il est donc important de s’en protéger dès que l’on est à l’extérieur. Par ailleurs, il faut noter que ces espèces de moustiques ont un pic d’agressivité au lever et au coucher du soleil.

Les moustiques de type «Anophèles » sont quant à eux totalement nocturnes. C’est pour cela que lorsque l’on séjourne dans un pays infesté de cette sous-espèce de moustiques, il faut prévoir une moustiquaire.

paysage arbre la nature forêt chemin herbe lumière ciel nuit lumière du soleil Matin feuille atmosphère soir jungle l'automne obscurité végétation forêt tropicale à feuilles caduques bosquet des bois minuit Écosystème phénomène Biome Forêt ancienne Ordinateur, papier peint Forêt feuillue tempérée et forêt mixte Forêt de conifères tempérée Sapin, sapin, forêt

Tous les moustiques ne sont pas des insectes nocturnes.

Mythe n° 2 : les moustiques sont attirés par le sang sucré

Faux

Le mythe selon lequel les moustiques sont attirés par le sang sucré est véritablement ancré dans les croyances populaires. Bien qu’il ait été démontré, depuis des années déjà, que la glycémie n’influe absolument pas sur le choix des moustiques, un grand nombre de personnes continuent à croire que le taux de sucre est important pour les diptères.

En réalité, les moustiques ont bien des préférences au niveau des humains, mais ils sont totalement incapables de distinguer le sucré de l’acide. Leurs préférences portent davantage sur les odeurs corporelles et sur les émissions de CO2 que sur le goût du sang. Limiter votre consommation de sucre le soir afin de ne pas être piqué pendant la nuit sera donc totalement inutile.

doux aliments ingrédient marron poudre cuisson gourmet dessert manger délicieux gâteau Matériel Calories noix de coco en mangeant graisse sucre nutrition délicieux bonbons Diabète régime glucose mauvais pour la santé obésité diabétique Granulé Famille d'herbe diabetes concept

Le sucre n’est pas la collation préférée des moustiques.

Mythe n° 3 : les moustiques ne sont pas dangereux

Faux

Sous des latitudes tempérées, comme la France métropolitaine, il est vrai que les moustiques sont bien plus ennuyeux que dangereux. En effet, il n’y a pas, sur la grande majorité du territoire européen, de grandes épidémies de maladies dites « tropicales ».

Pourtant, si l’on regarde à l’échelle mondiale, les moustiques font partie des animaux les plus dangereux. En effet, en termes de chiffre, le moustique est le premier prédateur de l’homme. Bien entendu, le moustique n’est pas à même de tuer un humain d’un coup de mâchoire comme le ferait un requin, ou d’un coup de patte comme le ferait un grizzli, mais il reste quand même l’auteur d’un véritable carnage.

Les moustiques sont des assassins dans le sens où ils contaminent les êtres humains avec des maladies potentiellement graves. Ces charmantes petites bestioles sont les vectrices de la dengue, de la fièvre jaune, du Zika, du chikungunya mais également du paludisme, de l’encéphalite japonaise ou encore du virus du Nil occidental. Toutes ces maladies sont dangereuses car elles peuvent développer des formes mortelles.

Concrètement, les moustiques du type « anophèles » provoquent à eux seuls plus 300 millions d’infections dues à la malaria en Afrique subsaharienne, ce qui entraîne plus d’un million de décès par an. Un triste constat, qui lui n’est pas un mythe !

plage mer la nature animal la biologie poisson requin danger vertébré les dents biologie marine Requiem requin Carcharhiniformes requin tigre Poissons cartilagineux grand requin blanc

Les moustiques sont plus dangereux que les requins.

Mythe n° 4 : les moustiques tropicaux transmettent le sida

Faux

Les moustiques tropicaux sont responsables d’un grand nombre d’infections graves. La majorité de ces infections sont effectivement des virus. Cependant, loin d’être inoffensif, le moustique n’est pas responsable de la transmission du sida.

D’une part, les quantités de sang prélevées par les moustiques sont totalement insuffisantes que pour pourvoir transmettre le sida. En effet, depuis quelques années, il a été prouvé qu’il faut une quantité de charge virale minimale pour pouvoir transmettre le sida. La quantité de sang prélevé par les moustiques n’est pas à même de contenir cette charge virale minimale. C’est d’ailleurs pour cela que les personnes qui suivent correctement une trithérapie ne peuvent pas infecter un partenaire. Leur sang ne contient plus suffisamment de charge virale pour que cela se produise.

D’autre part, le moustique ne peut pas constituer un réservoir viral pour le sida. En effet, si les moustiques, notamment les moustiques tigres, constituent un réservoir viral pour les maladies arboviroses, c’est parce que le virus est à même de se répliquer une multitude de fois dans les glandes salivaires de la bestiole. Cela n’est absolument pas le cas pour le sida. Lorsque le moustique pique une personne infectée par le virus du sida, celui-ci est digéré par l’insecte. Par conséquent, en moins de 24 heures, il est totalement éliminé de l’organisme du petit diptère. Étant donné qu’un moustique pique en moyenne une fois tous les 3 ou 4 jours, la possibilité de transmettre le sida est totalement inexistante.

Red, Ruban, Prise De Conscience, Sida, Vih, Campagne

Les moustiques ne transmettent pas le sida.

Mythe n° 5 : tous les moustiques piquent

Faux

Malgré leur réputation sulfureuse, tous les moustiques ne piquent pas.

Il existe, sur la terre, plus de 3000 sous-espèce de moustiques. Parmi celles-ci, 200 environ sont des espèces dites « piqueuses ».

Par ailleurs, même dans les espèces « piqueuses », seules les femelles sont à même de piquer. Les mâles, n’ayant pas besoin de sang pour nourrir les œufs, n’ont pas l’anatomie adéquate que pour pouvoir piquer les humains ou d’autres animaux.

la nature aiguille aile la photographie tronc animal mouche été tropical insecte Macro la biologie petit Humain punaise parasite noir décès médicament santé faune invertébré fermer alimentation du sang piqûre peau parasite Up douleur détail Dengue moustique transporteur Ravageur piquer médical épidémie virus Macro nature Macrophotographie arthropode mordre maladie moucheron succion paludisme non hygiénique Suceur de sang infectieux grossissement maladie ventouse Diptère Haustellum

Tous les moustiques ne piquent pas.

De nombreux mythes existent sur les moustiques. Si certains ont effectivement un fond de vérité, d’autres, au contraire, sont totalement erronés. Il convient donc d’apprendre à connaître les moustiques afin de pouvoir s’en protéger sans leur nuire. N’oubliez pas de vous munir de votre Moskitofree pour échapper aux piqûres des diptères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

abcabb0f5c6d05e0af335fb7a3b7057dCCCCCCCCCCCCCCCC
%d blogueurs aiment cette page :