Le moustique peut-il transmettre le sida ?

Vecteur de nombreuses maladies graves, le moustique n’est cependant pas un facteur de transmission du sida. 

 

Entre légendes urbaines et désinformation, les préjugés sur le moustique et la transmission du sida ont la peau dure. Cependant, bien que le moustique soit le vecteur de nombreuses maladies dites « tropicales », il n’est pas un propagateur du sida. En effet, les modes de transmission de ces maladies sont bien différents. Ensemble, comprenons le mécanisme du sida et la méthode de morsure du moustique. 

 

Le sida en quelques mots 

Le sida, ou syndrome immunodéficitaire acquis, résulte de l’attaque du système immunitaire par le VIH. Cette maladie a été découverte dans les années 80 et se répand de manière pandémique à travers le monde. 

Si au début, la maladie ne semblait toucher que des populations dites « à risque », aujourd’hui, elle est présente dans l’intégralité de la population. Certes, certaines parties du globe, comme l’Afrique ou l’Asie du Sud, sont davantage touchées, mais tous les pays possèdent des malades en grand nombre. 

De nos jours, le sida affecte plusieurs dizaines de millions de personnes à travers le monde. Des traitements existent et ils sont efficaces s’ils sont pris régulièrement, mais le sida reste toujours une maladie mortelle que la médecine ne peut pas guérir. Étant donné que les zones de propagation majeures se situent notamment au niveau des régions dites « tropicales », la question s’est longtemps posée de savoir si le moustique, et plus singulièrement ses piqures, pouvait transmettre le virus du sida. 

Après des investigations très sérieuses, les scientifiques sont arrivés à la conclusion que, bien que cela puisse paraître étrange, le moustique ne peut en aucun cas transmettre le virus du sida. Certes, ce petit diptère est bien porteur d’un grand nombre de maladies graves, dont le paludisme qui cause des centaines de milliers de morts chaque année, mais il n’est en rien responsable de la pandémie sidéenne qui se répand actuellement dans la population humaine. 

 

Le sida ne se guérit pas. 

 

Pourquoi le moustique transmet-il le paludisme mais pas le sida ?  

Le moustique est un insecte qui est encore victime d’un grand nombre de préjugés et de légendes. Ce qui est sûr, c’est qu’il est bel et bien le vecteur de certaines maladies tropicales comme la malaria, la dengue ou la fièvre Zika mais qu’il n’est pas un facteur de contamination du sida. Ensemble, décortiquons la transmission du paludisme et du sida pour comprendre cette différence. 

Comment le moustique transmet-il le paludisme ? 

Pour que le moustique puisse transmettre le paludisme, un certain nombre de conditions doivent être réunies : 

  • La personne doit, au moment de l’intervention du moustique, avoir une charge importante de parasites dans son sang. La charge parasitaire varie quotidiennement, ce qui fait que le moustique doit piquer au moment précis où celle-ci est à son apogée. 
  • Le parasite responsable du paludisme doit avoir la possibilité de réaliser un cycle entier dans le corps du moustique. Pour cela, il doit réussir à passer la barrière stomacale du diptère pour rejoindre ses glandes salivaires et s’y multiplier. 
  • Enfin, la future victime du moustique doit être un individu sensible aux parasites responsables du paludisme. C’est-à-dire, qu’il ne doit pas avoir développé de résistance à la maladie et ni avoir reçu le vaccin. 

 

Le moustique fait des millions de victimes. 

 

La transmission du paludisme ne peut se faire que lorsque ces 3 conditions sont strictement réunies. Si c’est le cas, alors la contamination se fait d’une manière logique. La femelle moustique pique la personne infectée et absorbe le sang parasité. Le parasite accompli son cycle dans le corps de la femelle moustique et rejoint les glandes salivaires. Ensuite, au moment de piquer à nouveau, la femelle moustique introduit dans l’individu, sain et sensible, sa salive contaminée. 

Lorsque l’on voit ce mode de transmission, il est logique de penser que le virus du sida pourrait suivre le même chemin. Pourtant, les scientifiques ont adopté un consensus pour dire que ce n’est pas le cas. 

 

Le moustique ne transmet pas le sida. 

 

Alors, pourquoi le moustique ne peut-il pas transmettre le sida ? 

Les raisons pour lesquelles le moustique n’est pas un vecteur de propagation du sida sont diverses et variées, mais surtout parfois étonnantes. 

Le système immunitaire 

Les moustiques et les êtres humains ont des systèmes immunitaires très différents. Or, pour se fixer et se reproduire le virus du sida a besoin d’un type de cellules immunitaires précis, appelées les « lymphocytes T4 », qui sont abondantes dans le corps humain mais totalement absente du système immunitaire des diptères. Par conséquent, le virus du sida ne peut pas se répliquer dans le corps du moustique. 

La durée de vie 

Hors d’un système hôte, le virus du sida a une durée de vie très courte. Dans l’estomac du moustique, il est généralement digéré en moins de 24 heures. Par ailleurs, le changement d’acidité entre le sang humain, la salive du moustique et le système digestif du moustique est trop importante que pour permettre au virus de survivre. Le virus n’a donc aucune chance de pouvoir atteindre les glandes salivaires de l’insecte, le seul passage possible pour retourner au corps humain. 

La charge virale 

Les scientifiques s’accordent aujourd’hui pour dire que la contamination par le virus du sida nécessite une charge virale minimale. Or, la quantité de sang ingérée par le moustique est très nettement insuffisante pour détenir cette charge virale. Par conséquent, même si l’insecte avait la possibilité de réinjecter le sens ponctionné dans un autre organisme, il serait totalement insuffisant que pour propager la maladie. 

 

Les anti-moustiques et la lutte contre les pandémies de maladies tropicales 

Même si les moustiques ne sont pas des vecteurs de propagation du sida, ils provoquent néanmoins d’importantes épidémies ou pandémies de maladies « tropicales » potentiellement létales. Par conséquent, l’utilisation d’anti moustiques pour se protéger des maladies véhiculées par le petit diptère reste essentielle voir même vitale. 

En effet, bien plus que le sida, certaines infections transmises par le moustique, comme la malaria, engendrent des millions de morts. Il est donc important de limiter, au mieux, le risque de propagation de telles maladies et de se protéger efficacement des piqûres de moustiques. 

Un grand nombre d’anti moustiques existent, avec plus ou moins d’efficacité et plus ou moins de substances toxiques, et nécessitent d’être utilisés. Certains produits, comme le moskitofree, sont quant à eux dépourvus de toxicité et présentent un taux d’efficacité très élevé. Leur usage est plus que recommandé, et ce assurément pour les personnes séjournant dans des régions soumises aux épidémies de maladies tropicales. 

moustique et sida

 Le moustique ne transmet pas le sida. 

Accusés de bien des maux, le moustique est bel et bien un transmetteur de maladies graves, voire létales, mais n’est pas un vecteur de propagation du sida. Néanmoins, pour éviter tout risque d’infection, il convient de bien utiliser des produits anti moustiques, si possible non toxiques. 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ed11004b49630a5aeb31982082301fa1qqqqq
%d blogueurs aiment cette page :