Insecticides et cancers : les antimoustiques sur le banc des accusés

Agriculture, Produit Chimique, Des Cultures, Équipement

Antimoustique et insecticide : de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer la dangerosité des molécules chimiques présentent dans les insecticides. Des études récentes démontrent d’ailleurs un lien entre les antimoustiques et les cas de leucémies et de cancers du cerveau chez les plus jeunes. Alors, nos enfants sont-ils tous en danger ?

Agriculture, Produit Chimique, Des Cultures, Équipement

L’épandage d’antimoustique est-il à l’origine des cancers chez l’enfant ?

La prévalence des cancers chez l’enfant est relativement faible. Cependant, cela représente tout de même environ 2000 nouveaux cas annuels en France métropolitaine. Parmi tous ces nouveaux cas, la grande majorité est imputable à des leucémies ou à des cancers du cerveau. Si la mortalité baisse tous les ans, l’augmentation du nombre de cas pose question. De nombreux facteurs de risque ont déjà été établis. Les scientifiques évoquent les facteurs environnementaux comme le trafic routier ou les champs magnétiques. Mais de nouvelles études lèvent le voile sur une vérité plus épouvantable encore.

Laboratoire, Analyse, Chimie, Recherche, Chimiste, Ph D

Les chercheurs passent à la loupe les liens entre cancers et pesticides.

Quelles sont les conclusions des nouvelles études médicales ?

Des chercheurs ont réalisé des études sur l’incidence de l’exposition des enfants ou des femmes enceintes à des pesticides. Les conclusions des études de ce type ne laissent plus aucun doute sur la réalité : il y a une suspicion réelle de liens entre les insecticides et les cancers chez les plus jeunes.

Les hypothèses de travail

La question de l’exposition domestique aux pesticides et des cancers chez les jeunes enfants a toujours été controversée. Cependant, face à l’importance du nombre de cas de leucémies et de cancers du cerveau chez les plus jeunes, des scientifiques se sont attelés à étudier l’incidence réelle des molécules chimiques sur le développement, ou non, de telles maladies. L’hypothèse de base était donc que les pesticides pouvaient avoir une influence sur l’apparition de certains cancers chez les enfants.

La disparité des résultats

De nombreuses études ont été menées dans ce sens. Cependant, les résultats sont disparates, voire même discordants, dans certains cas. Cela n’a pas arrêté le professeur Geneviève Van Maele-Frabry de l’université catholique de Louvain ni le professeur Laurence Gamet-Payrastre de l’université Paul-Sabatier qui ont mis de l’ordre dans les différentes conclusions.

Il ressort de leur travail de fourmi que si l’on regarde uniquement les études de qualité, l’augmentation statistique du risque de cancer du cerveau et de leucémie est en effet proportionnelle à l’exposition aux molécules chimiques des pesticides. Les résultats confirment alors l’existence d’un lien effectif entre le cancer et les antimoustiques.

Une interprétation avec prudence

Comme le précisent les deux scientifiques, l’interprétation des résultats doit être réalisée avec prudence. En effet, si l’effet des pesticides sur le cancer est indéniable, il n’est pas possible, à ce stade, d’impliquer des composés chimiques en particulier. De plus, les effets pathologiques observés à partir des molécules chimiques des insecticides ont été étudiés en laboratoire. Il faut donc prouver la véracité de ces effets avec les doses toxiques retrouvées dans les poussières domestiques ou inhalées avec une exposition massive à long terme. Un seuil de tolérance est peut-être envisageable.

Cependant, même si la causalité n’est pas totalement établie à ce stade des recherches, il convient de prêcher la prudence. Des recommandations doivent donc être émises pour limiter l’usage domestique des produits insecticides comme les antimoustiques. Cela est particulièrement valable lorsqu’il s’agit de femmes enceintes ou de jeunes enfants, qui ne peuvent déjà pas, d’ailleurs, utiliser un certain nombre de ces produits de manière sécuritaire.

Cancer, Journal, Mot, Loupe, Lecture, Zoom, Maladie

Les cancers sont-ils les seules maladies provoquées par les antimoustiques chimiques ?

Cancers et pesticides : la face visible de l’iceberg

S’il ne fait aucun doute qu’il y a un lien réel entre les cancers, du moins chez les enfants, et les pesticides, cela ne serait-il pas seulement une partie de la vérité ? Certains scientifiques s’interrogent sur le lien entre les pesticides et d’autres problèmes de santé.

Une toxicité neurologique avérée

La majorité des antimoustiques chimiques utilise le DEET. Il s’agit d’une des rares molécules réellement efficaces pour se protéger des moustiques. Mais, si elle parvient à se montrer aussi nocive pour les petites bestioles vrombissantes, ne serait-elle pas également toxique pour l’être humain ?

Des études, parues notamment dans la revue BioMed Central Biology, mettent en lumière la toxicité de la molécule pour le système nerveux des mammifères. En effet, les études démontrent une action inhibitrice de la molécule sur l’acétylcholinestérase, une enzyme vitale aux échanges électriques entre les cellules nerveuses. Le mode d’action de tels produits peut être comparé à celui des pesticides organophosphorés dont les effets délétères ont été prouvés.

L’autisme en question

Dans la même logique, une étude présentée au Pediatric Academic Societies Meeting (États-Unis), tire la sonnette d’alarme sur le lien entre les épandages de produits insecticides, notamment d’antimoustiques, et la prévalence des cas d’autisme chez l’enfant.

Si théoriquement ce risque devrait être nul en France puisque l’épandage de produits antimoustiques est interdit depuis 2009, certaines dérogations préfectorales en permettent néanmoins l’utilisation.

L’étude va cependant plus loin puisqu’elle implique directement les antimoustiques dans les troubles de la reproduction, de la croissance du fœtus, de la maladie d’Alzheimer et de celle de Parkinson.

Avion, Crop Duster, Dangereux, Agriculture, Ferme

Tuer les insectes avec les épandages, n’est-ce pas tuer la vie tout court ?

Comment se protéger sans utiliser des antimoustiques chimiques ?

À l’heure où les maladies arboviroses et le paludisme causent encore des millions de décès dans le monde, il est légitime de se demander comment se protéger efficacement des piqûres de moustiques sans avoir recours à des molécules chimiques potentiellement toxiques.

Avant de vous parler des mesures de bon sens qui permettent déjà de limiter la prolifération et les attaques des petits diptères, laissez-nous vous présenter le Moskitofree, un appareil nomade qui utilise une technologie de dernière génération pour échapper aux moustiques. Le Moskitofree, c’est un petit galet blanc totalement exempt de produits chimiques et dont l’efficacité a été prouvée par des certifications de l’Institut Pasteur et de l’OMS. Il vous suffit d’emporter ce petit appareil avec vous pour vous rendre invisible aux moustiques et ainsi éviter leurs attaques.

Pour échapper au prédateur impitoyable qu’est le moustique, il existe quelques mesures de bon sens qu’il est important d’adopter :

  • poser des moustiquaires sur les vitres ;
  • éviter les eaux stagnantes qui permettent la reproduction des diptères hématophages ;
  • porter des vêtements amples et couvrants ;
  • ne pas sortir pendant les pics d’agressivité des moustiques ;
  • ne pas porter de parfums enivrants ;
  • ne pas pratiquer de sport en extérieur à l’aube ou au crépuscule.

Dahlia, Orange, Coloré, Lumineux, Coléoptère, Fleur

Les pesticides affectent tous les êtres vivants. N’en abusez pas !

Les moustiques sont considérés comme une véritable plaie. Il est vrai qu’ils peuvent transmettre des maladies potentiellement mortelles. Cependant, à force de trop vouloir les éliminer, le remède ne serait-il pas pire que la cause ? Des scientifiques essaient d’alerter le monde sur les liens entre l’utilisation d’antimoustiques chimiques et les cancers chez les enfants. De nombreuses études abondent dans ce sens et appellent à la prudence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

a4b66d84555a9bd7c096cd2d84c7add8ttttttttttttttt
%d blogueurs aiment cette page :