Alpes-Maritimes : la dengue menace les habitants

Nice, France, Côte D'Azur, Fontaine

Dengue France : Depuis le mois d’octobre, 5 cas autochtones de dengue ont été détectés dans les Alpes-Maritimes. Prudence donc, car la maladie est contagieuse et potentiellement grave.

Nice, France, Côte D'Azur, Fontaine

Nice pourrait-elle être le prochain lieu de villégiature des moustiques porteurs de la dengue ?

Le long de la Baie des Anges, Saint-Laurent-du-Var est connue pour sa douceur de vivre. Pourtant, le quotidien des Laurentins pourrait être bousculé par l’apparition de cas autochtones de la dengue. Cette maladie, également appelée « grippe tropicale », est transmise par les moustiques tigres. Si elle s’apparente, véritablement, à une grippe classique ; la maladie a, cependant, une variante grave, potentiellement mortelle. Le point sur la situation.

Fille, Grippe, Médicament, Jouet

La « grippe tropicale » peut être mortelle.

Que se passe-t-il avec la dengue à Saint-Laurent-du-Var ?

Depuis le 4 octobre, date de la découverte d’un premier cas de dengue, les autorités des Alpes-Maritimes sont préoccupées. En effet, la dengue fait partie des maladies de type arbovirose qui sont transmises par les moustiques tigres.

Quelques jours plus tard, 4 autres personnes ont également été diagnostiquées porteuses de ce virus. Malheureusement, les cas sont autochtones, c’est-à-dire qu’ils ont été contractés sur le sol de la France métropolitaine, et non pas lors d’un quelconque voyage. Il existe donc, bel et bien, des moustiques contaminés sur le territoire de la commune de Saint-Laurent-du-Var, d’où sont originaires toutes les victimes.

Que fait la région PACA ?

Face à la menace épidémique que représente ce type de virus, la région PACA a placé le département des Alpes-Maritimes au niveau 3 du plan national anti-dissémination.

Le plan national anti-dissémination du chikungunya et de la dengue possède 5 niveaux. Le niveau 3 est appliqué lorsque des cas sont présents sur le territoire et qu’il y a un risque de propagation.

Concrètement, les mesures de démoustication et de surveillance épidémiologique sont renforcées afin de protéger les populations. Les hôpitaux, les médecins et les laboratoires médicaux sont sensibilisés afin de repérer les patients qui pourraient être porteurs du virus.

La situation est d’autant plus préoccupante que, cette année, en raison des conditions climatiques plus que favorables, les moustiques risquent de nous tenir compagnie jusqu’à Noël. Le risque d’épidémie ne s’éteint donc pas avec l’arrivée des températures plus fraîches.

Thermomètre, Fièvre, Maladie, Santé, Malades, Grippe

La température élevée est un des symptômes de la dengue.

La dengue : de quoi parle-t-on ?

La dengue est un virus de la famille des arboviroses. Il s’agit donc d’un proche cousin du chikungunya et de la fièvre Zika.

À l’origine, la dengue était présente dans les régions tropicales et subtropicales. Malheureusement, avec la migration et l’installation du moustique tigre sous nos latitudes, l’infection est aujourd’hui implantée sur le territoire français. Si les cas restent rares, la préoccupation est néanmoins de mise puisque la maladie est hautement contagieuse (via les piqûres de moustiques) et que 2,5 % des cas entraînent une forme sévère, voire létale.

La dengue se présente sous la forme d’une grippe. C’est pour cela qu’elle est communément appelée « grippe tropicale ». Les principaux symptômes sont donc de la fièvre, des courbatures, des céphalées et de la fatigue. À cela viennent s’ajouter des nausées, des vomissements, des douleurs articulaires et quelquefois des éruptions cutanées.

De manière générale, la maladie se traite plus ou moins de la même manière qu’une grippe. Les médicaments sont uniquement destinés à lutter contre les symptômes puisqu’aucun traitement n’existe à ce jour qui soit véritablement ciblé contre la dengue. Malheureusement, la dengue hémorragique est une variante grave de la maladie dans laquelle la mortalité est très élevée.

Grenouille, Vert, Minuscules, Moustiquaire, Black, Nuit

La moustiquaire est indispensable pour prévenir les piqûres de moustiques.

Comment se protéger ?

Pour se protéger de la contamination à la dengue, il faut avant tout se protéger des piqûres de moustiques tigres. L’aedes albopictus est, en effet, le seul vecteur de la maladie présent sur le sol européen.

La prévention est, bien entendu, le premier angle d’attaque. Pour cela, il faut veiller à maîtriser le plus possible la population des petits diptères hématophages. Cela passe, notamment, par des actions visant à limiter les eaux stagnantes, à éviter les pics d’agressivité de la bestiole ou encore à se vêtir entièrement pour ne pas offrir de surfaces de piqûres à l’insecte.

Les moustiques tigres sont des espèces tropicales. Les antimoustiques communément utilisés sous les latitudes continentales et les antimoustiques de grand-mère n’ont absolument aucun effet sur l’insecte suceur de sang. Il faut donc opter pour un antimoustique efficace sur les espèces tropicales.

Comme les répulsifs de ce genre contiennent des molécules chimiques dangereuses, nous vous proposons plutôt d’utiliser le Moskitofree. Il s’agit d’un appareil issu d’une technologie novatrice n’utilisant aucune substance toxique. Totalement écoresponsable, le Moskitofree dispose d’accréditations de l’Institut Pasteur et de l’Organisation mondiale pour la Santé (OMS) qui prouvent son efficacité.

Saint-Laurent-du-Var en bref

Au cœur du département des Alpes-Maritimes, Saint-Laurent-du-Var est une commune baignée par les eaux de la Méditerranée.

Abritant un peu plus de 25 000 âmes, Saint-Laurent-du-Var est une petite entité plutôt tranquille. À la porte de Nice, la commune permet de profiter de tous les attraits de la Côte d’Azur tout en ayant le calme de la campagne.

Le tourisme est un des principaux pôles économiques de la cité. En effet, elle est connue pour son esplanade des goélands et son église romane. En franchissant le Var, elle permet de rejoindre la pétillante ville de Nice grâce au pont Napoléon III.

Il ne faudrait pas que l’apparition d’une épidémie de dengue vienne troubler le repos des habitants et le flot touristique des voyageurs hivernaux.

Port, Nice, France, Paysage, Côte D'Azur

La Côte d’Azur doit rester un lieu de vacances pour humains et non pour moustiques.

Depuis quelques années déjà, avec la sédentarisation du moustique tigre sur son territoire, la France métropolitaine, tout comme d’autres pays du bassin méditerranéen, est en ligne de mire des épidémies de virus tropicaux. Malheureusement, des cas de dengue autochtones se sont déclarés en Alpes-Maritimes, plus précisément dans la commune de Saint-Laurent du Var. Si la situation reste anecdotique, pour le moment, des mesures de protection sont à prendre pour éviter la propagation de la maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

98cdc13491cabb7b6ce448c63025f87866666666
%d blogueurs aiment cette page :