À quoi servent les moustiques ?

Enquiquineurs et propagateurs de maladies, les moustiques n’en sont pas pour le moins indispensables à l’équilibre de notre écosystème. 

Surnommés « petits vampires », les moustiques sont les envahisseurs qui perturbent nos soirées d’été et qui déclenchent d’épouvantables épidémies de maladies dites « tropicales ». En voyant les dégâts engendrés par ces petits insectes, beaucoup se posent la question de savoir s’il ne serait pas opportun de les voir disparaître de la surface du globe. Pourtant, loin des idées reçues, les moustiques ont une importance, parfois capitale, dans l’équilibre du fonctionnement de la nature. Focus sur les rôles cachés de ce mal-aimé de l’entomologie. 

Le moustique… utile à la survie du monde 

Responsable de millions de morts à travers le monde, le moustique est également garant de la survie de millions d’individus. Si ce constat est, certes, difficile à croire lorsque l’on évoque les chiffres effrayants du nombre de victimes de maladies telles que le paludisme, la fièvre Zika ou la dengue, quelques précisions permettent néanmoins de le comprendre. En effet, quand ils ne s’attaquent pas à l’être humain, les moustiques ont un rôle essentiel de nourriture, d’épurateur et de pollinisateur. 

 

Le moustique est le premier prédateur de l’humain. 

 

Le moustique… de prédateur à proie 

Avec l’hécatombe qu’il provoque chaque année dans les pays atteints par les épidémies de malaria, notamment, le moustique est le prédateur le plus important pour l’homme. Néanmoins, derrière le prédateur sans pitié, se cache également une proie traquée de toutes parts. 

Acteurs importants de la chaîne alimentaire globale, les moustiques servent de nourriture à de nombreuses espèces animales. C’est ainsi que ces petits diptères permettent la survie alimentaire des oiseaux, des reptiles ou encore des poissons. À l’état de larves, ils sont particulièrement appréciés par les invertébrés aquatiques et les batraciens. À l’âge adulte, ils sont régulièrement au menu des oiseaux, des chauves-souris, des araignées ou encore des libellules. 

 

Sans les moustiques, le nombre d’oiseaux pourrait chuter de plus de 50 %. 

 

Le moustique… un dépollueur naturel 

Le moustique à un cycle de vie en 3 parties : œuf, larve et insecte adulte. Les 2 premières étapes de sa vie se passent en milieu aquatique. C’est à ce moment que les moustiques dépurent, naturellement, les eaux stagnantes. 

En effet, pour grandir, les larves se nourrissent des déchets et des micros organismes présents dans l’eau. Afin de pouvoir capter cette nourriture, les larves filtrent l’eau et la débarrassent, par la même occasion, d’un grand nombre de bactéries potentiellement pathogènes. Avec leurs actions en milieu aquatique, les larves de moustiques participent également au cycle de l’azote. Elles filtrent donc les eaux en les débarrassant d’un trop-plein de matières nutritives. 

Le moustique… créateur de nourriture 

Si beaucoup imaginent que les moustiques se nourrissent essentiellement du sang humain, la réalité est beaucoup plus modérée. D’une part, sur les milliers d’espèces de moustiques répertoriées seulement quelques-unes piquent effectivement les humains. D’autre part, même dans les espèces « piqueuses », seules les femelles piquent les êtres humains. 

Les moustiques se nourrissent des sucres présents dans les pollens. Par conséquent, en virevoltant de fleurs en fleurs, ils participent à la pollinisation des végétaux. Si cette pollinisation peut parfois être considérée comme insignifiante dans nos contrées, elle n’en reste pas moins essentielle pour certains types de culture comme celle des cacaoyers.  

Le moustique… un intérêt médical 

Les capacités d’adaptation et de fonctionnement des moustiques ont toujours attiré l’attention des entomologistes. Cependant, depuis quelques années, ce petit diptère semble également intéresser la médecine. Pour comprendre ce phénomène, revenons quelques instants sur le moustique et ses piqûres. 

Lorsque le moustique pique, ou plutôt mord pour être tout à fait précis, il injecte une substance salivaire qui permet à la fois d’endormir la plaie et d’empêcher la coagulation du sang. Ce produit provoque également la sécrétion de diverses substances chimiques, dont l’histamine, qui entraînent les désagréables sensations de démangeaisons. 

Si la médecine s’intéresse aujourd’hui aux piqûres de moustiques, c’est particulièrement pour les effets anticoagulants de sa salive. En effet, les maladies cardio-vasculaires tentent à se multiplier et la médecine cherche encore des solutions pour éviter la formation de caillots. Comprendre le fonctionnement de la salive de moustiques serait alors, peut-être, une opportunité pour régler les problèmes liés au processus de coagulation. 

Le moustique… inventeur malgré lui 

Malgré les désagréments entraînés par ses piqûres, le moustique, ou plus précisément sa manière de piquer, est aussi à l’origine d’une invention améliorant le confort de l’être humain. 

Au début des années 2000, les piqûres, ou morsures, indolores des moustiques ont attiré l’attention de sociétés fabricant du matériel médical. Elles ont décidé, sur le modèle de la trompe des moustiques, de créer un nouveau type d’aiguille visant à réduire l’inconfort des patients. Dès le début de leur commercialisation, ces aiguilles ont connu un véritable succès et permettent aujourd’hui de réaliser un grand nombre d’injections n’entraînant qu’une douleur pour ainsi dire inexistante. 

Quelles seraient les conséquences de l’éradication du moustique ? 

Face au véritable fléau, principalement sanitaire, que représentent les moustiques, il est humain de se demander si une éradication, pure et simple, ne serait pas la solution à tous les problèmes. Cependant, cette solution ne semble pas véritablement remporter de succès auprès des scientifiques et des experts. Plus délétère que salutaire, elle comporte un grand nombre de risques, tant pour l’humain que pour son environnement. 

Une éradication totale des moustiques relève de l’utopie.

 

L’éradication du moustique… un désastre sanitaire 

Si l’on passe sous silence l’impossibilité physique réelle de pouvoir éradiquer de la surface de la terre une espèce animale aussi complexe et résistante que les moustiques, il n’en reste pas moins que son éradication serait un véritable désastre sanitaire. 

En effet, pour détruire les moustiques, il faudrait les tuer massivement et dans un laps de temps très court. Cela suppose l’utilisation d’insecticides agressifs et fortement dangereux. De plus, il faudrait également détruire leurs habitats, ce qui laisse notamment présager de vider les étangs, les lacs, les ruisseaux et toutes les autres eaux stagnantes. Par ailleurs, l’éradication des moustiques nécessiterait également l’utilisation de produits anti-moustiques destinés à détruire les larves.  

Tous ces produits possèdent une grande toxicité. Et, il est utopique de croire qu’ils ne seront nocifs que pour les moustiques. Il est donc irréaliste, voire suicidaire pour l’humain, de penser qu’il sera possible d’éradiquer les moustiques avec des produits chimiques. 

L’éradication du moustique… des bouleversements irrémédiables dans la biodiversité 

Le moustique est un maillon prépondérant de la chaîne alimentaire. En l’éradiquant, la nature souffrirait bien plus qu’elle ne gagnerait. 

En effet, un grand nombre d’espèces animales s’en nourrissent et devront donc trouver une autre source alimentaire. De plus, certaines régions perdraient un insecte pollinisateur particulièrement actif. Mais le pire, c’est sans doute que, la nature ayant horreur du vide, une autre espèce animale prendrait vraisemblablement sa place. Celle-ci pourrait, certes, être meilleure, mais il y a aussi le risque qu’elle soit bien pire. 

 

a quoi servent les moustiques 2 oiseaux

Les moustiques sont une nourriture indispensable pour les oiseaux.

 

a quoi servent les moustiques fleurs polene

Les moustiques participent activement à la pollinisation.

 

En dehors de sa réputation, plus que sulfureuse, le moustique occupe des rôles essentiels à l’équilibre de la nature. Vouloir l’éradiquer est une utopie plus que dangereuse. Aussi, pour assurer le bien-être environnemental, il serait judicieux d’apprendre à vivre avec et de s’en protéger sans le tuer. Pour cela, mieux vaut ne pas utiliser de produits chimiques dans votre anti-moustique !

 

Un commentaire sur “À quoi servent les moustiques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

e0c1b60d1048ef93e3dea775b142fbc1CCCCCCCCCCCC
%d blogueurs aiment cette page :